L’hypnose, du spectacle à la thérapie

Récemment mise en exergue par l’hypnose de spectacle et le célèbre hypnotiseur Messmer, l’histoire de l’hypnose n’en est pourtant pas à ses débuts ! De nos jours, l’hypnose thérapeutique est reconnue comme particulièrement efficace pour le sevrage tabagique, la perte de poids et anneau gastrique virtuel, les phobies, les addictions, la gestion du stress, les traumatismes, les troubles du sommeil… Dans le cadre du développement personnel, elle est également performante pour retrouver confiance en soi, lâcher prise ou encore trouver un mieux-être intérieur. Dans un cadre médical, certaines facultés de médecine proposent des cursus de formations en hypnose aux professionnels de santé comme les anesthésistes, les chirurgiens-dentistes, les infirmières ou même les sages-femmes avec des spécialisations comme l’analgésie, l’anesthésie hypnotique, la périnatalité, le traitement de certaines psychopathologies ou l’établissement de la relation d’aide par l’hypnose conversationnelle.

C’est quoi l’hypnose ?

Vous avez certainement eu l’occasion de voir des phénomènes hypnotiques dans le cadre du divertissement, mais savez-vous vraiment ce qu’est l’état d’hypnose aussi appelé transe hypnotique ? Si je vous dis qu’il s’agit d’un état naturel que chacun a déjà expérimenté, vous me croyez ?

Ne vous est-il jamais arrivé, lorsque vous êtes au volant de votre voiture, de penser à autre chose et de vous étonner d’être déjà arrivé à destination en avouant : « Je n’ai pas vu la route passer ». Et bien lors de cette expérience, vous vous trouviez dans un état de conscience modifiée s’apparentant à l’auto-hypnose.

Pendant que la partie « consciente » de votre cerveau s’occupe à explorer vos pensées, c’est la partie « inconsciente » qui reste vigilante à la conduite du véhicule. La dissociation de ces deux parties de votre cerveau crée l’état hypnotique indispensable à son bon fonctionnement. Tout le monde est donc réceptif et peut être hypnotisé pour peu qu’il le souhaite réellement. Sous hypnose, l’approfondissement de l’état de relaxation qui s’installe initie une modification des ondes cérébrales du cerveau et donc un travail différent de nos capacités mentales. D’autres pratiques aux vertus thérapeutiques comme la PNL, la sophrologie ou même la méditation utilisent également, mais de façon différente, l’hypnotisme.

Selon Milton Erickson, célèbre psychiatre américain et spécialiste de la suggestion hypnotique par métaphores, l’inconscient est profondément bon et puissant. Il est capable de mobiliser des ressources intérieures susceptibles de conduire aux changements désirés. Il est possible de percevoir l’inconscient comme un immense réservoir d’apprentissages créés pour satisfaire une intention positive. Mais parfois, certains apprentissages liés à notre propre chemin de vie deviennent obsolètes au fil du temps et finissent même par limiter.

L’hypnose thérapeutique est alors une voie d’accès directe à l’inconscient pour rééduquer cette partie de nous qui gère nos comportements et ainsi dépasser nos blocages.

Et l’hypnose Ericksonienne?

Il existe différentes catégories d’hypnose : Elmanienne (dont les suggestions sont plus directes), humaniste, évolutive, la street hypnose, la spirituelle et bien sûr l’hypnose Ericksonienne. Chacune mène à un état modifié de conscience similaire, mais pas forcément de la même façon (technique d’induction différente) et pas dans le même objectif (stratégies thérapeutiques différentes).

L’hypnose Ericksonienne tire son nom du célèbre psychiatre américain Milton H. Erickson (1901-1980).

Cette pratique de l’hypnose est plus permissive et plus attentive au chemin de vie du client (ou patient dans le cadre de l’hypnose clinique et de l’hypnose médicale) tout en respectant son intégrité. Elle repose en effet sur des présupposés qui impliquent que chacun possède en lui toutes les ressources nécessaires à la réalisation de son projet de vie, l’hypnose n’étant que l’outil qui permet de rendre disponible les ressources dans le quotidien. Chaque sujet nécessite donc une approche individuelle et spécifique de sa problématique.

Avec Erickson, l’hypnothérapeute (parfois appelé hypnologue ou praticien en hypnose) n’a pas pour fonction de fournir une solution au sujet. Il sert uniquement d’accompagnateur lors de l’état hypnotique, en utilisant des protocoles thérapeutiques et la suggestion hypnotique, pour que le sujet accède à ses propres ressources intérieures indispensables au changement désiré. Le sujet étant donc le principal acteur de son changement, sa volonté doit être certaine. Un changement qui devient naturel une fois mis en place lors des séances d’hypnose.

L’hypnose Ericksonienne fait partie des thérapie brèves (nombre de séances faibles pour initier un changement), dite orientée solution et peut être inclue dans les neurosciences. En effet, le principe n’est pas de chercher la cause de problème (pourquoi) comme c’est souvent le cas en psychanalyse, mais de trouver une façon d’aller mieux (comment) en fonction de l’objectif désiré.

Il est à noter qu’une psychothérapie par l’hypnose et la programmation neuro-linguistique n’a pas pour vocation de se substituer à un traitement médical, mais intervient en complément d’une prise en charge par un professionnel de santé.

 

L’hypnose, tel un ordinateur, permet d’accéder aux programmations erronées de notre inconscient (comportement, émotions) pour les corriger.

Milton Erickson

 

Psychothérapeute 1901 – 1980

 

« La première chose à faire en psychothérapie est de ne pas essayer de contraindre l’être humain à modifier sa manière de penser; il est préférable de créer des situations dans lesquelles l’individu modifiera lui-même volontairement sa façon de penser. »

elementum ut diam non amet, consequat. quis eget accumsan ipsum luctus leo